OGM : comprendre
Les OGM c’est quoi ?
Article mis en ligne le 28 mai 2014
dernière modification le 27 mai 2014
logo imprimer

Les OGM, c’est quoi ?

Conférence de Christian Velot, Maître de conférence en génétique moléculaire (Univ Paris-Sud XI), chercheur a l’institut de génétique et de microbiologie (centre scientifique d’Orsay). Dans cette conférence donnée a Toulouse en 2005, il donne une explication scientifique très pédagogique de ce que sont les OGM. 

Les OGM restent incontestablement un sujet d’actualité même si le moratoire actuel sur la culture du maïs MON810 semble en avoir atténué l’urgence. Ce moratoire pourrait d’ailleurs être levé prochainement. De nouveaux OGM sont régulièrement autorisés à l’importation et à la culture : comme la pomme de terre OGM Amflora récemment.

Par ailleurs, des parcelles expérimentales d’OGM peuvent être implantées dans une commune (auquel cas le maire doit en être informé).

En France et en Bourgogne, l’enjeu essentiel des OGM concerne l’alimentation animale : on importe massivement du soja OGM pour nourrir le bétail. Ainsi, les OGM sont bien présents dans la chaîne alimentaire, à l’insu des consommateurs.

Définitions / Qu’est-ce qu’un Organisme Génétiquement Modifié (OGM) ?

Un OGM est un organisme vivant dont on a modifié le patrimoine génétique de manière non naturelle, afin de lui apporter certaines propriétés.
Contrairement à la pratique ancestrale de sélection des plantes par croisement des espèces, la barrière des espèces peut être franchie.

Cette page ne traite que des OGM cultivés en espace ouvert et non des OGM en espace confiné (liés par exemple à la production de médicaments), qui ne posent pas les mêmes problèmes de dissémination dans l’environnement.

Schéma de dissémination des OGM dans la chaîne alimentaire

Les OGM agricoles sont actuellement des plantes à pesticides :

- soit des plantes qui tolèrent un herbicide (comme le Soja Roundup Ready®)

- soit des plantes qui sécrètent un insecticide dans leur cellule tout le long de leur vie « plantes Bt » comme le maïs MON 810 cultivé en France entre 2005 et 2007

Plus de 80 % des OGM cultivés dans le monde sont destinés à
l’alimentation animale.

OGM : comment les repérer sur l’étiquette ?


- Les produits qui contiennent directement plus de 0.9 % d’OGM dans leurs
ingrédients doivent être étiquetés comme tels.

- Les produits issus d’animaux nourris aux OGM n’ont aucune obligation
d’étiquetage (viande, oeufs, lait...).
Seule solution pour les éviter : acheter bio, acheter chez un producteur qui n’y a pas recours, choisir certains labels qui excluent les OGM dans les cahiers des charges (en Bourgogne : AOC du boeuf de Charolles, des fromages Charolais, et Mâconnais, volailles de Bresse…).

Vigilance : Des OGM qui taisent leur nom ?


Il existe une controverse sur la nature juridique de plantes issues de la mutagénèse : relèvent-elles ou pas de la directive 2001/18 sur les OGM ? De telles plantes sont actuellement cultivées en France, à l’instar d’une variété de tournesol « mutée » afin de résister à un herbicide de la firme Pioneer, et échappent à la réglementation des OGM (évaluation, étiquetage, suivi et localisation des cultures…).

Quels enjeux ?

Les OGM sont des organismes vivants : ils se disséminent de manière incontrôlée et irréversible dans l’environnement et l’alimentation, menaçant ainsi les filières qui souhaitent rester exemptes d’OGM.

L’évaluation scientifique est largement insuffisante. Les études réalisées se déroulent sur seulement 3 mois, sont réalisées par les firmes elles-mêmes et classées secret industriel.

Les OGM à pesticides perturbent profondément les écosystèmes, en favorisant l’apparition de « mauvaises herbes » résistantes ou d’insectes résistants.

Contrairement aux promesses des firmes, on constate une plus forte utilisation d’herbicides dans les pays où les OGM tolérant un herbicide sont cultivés.

Par ailleurs, les OGM sécrétant leur propre insecticide induisent de plus forts niveaux de pesticides dans l’environnement.

Les bénéfices économiques pour les agriculteurs, surtout pour les petites exploitations, qui cultivent des OGM restent improbables : les rendements supérieurs ne sont pas prouvés à long terme.

Les OGM impliquent de privatiser le vivant (par le dépôt de brevets)
et rendent les agriculteurs encore plus dépendants des firmes agro-chimiques.

L’immense majorité des citoyens refusent les OGM dans leur assiette et dans les champs , 72 % considèrent qu’il est important de pouvoir consommer des produits sans OGM.

OGM : des pistes pour comprendre

Retrouvez les réponses aux questions suivantes sur le site www.lesogm.org (réalisé par l’association inf’OGM). Ce site répond de façon simple et, dans le respect du débat public contradictoire, aux questions sur les OGM

  • Techniquement, c’est quoi ?
  • Y’a t-il des OGM dans mon assiette ?
  • Qui cultive des PGM ?
  • Mais ça pousse mieux ?
  • Avec les OGM, plus jamais faim ?
  • Il paraît que les OGM appartiennent aux entreprises.
  • L’environnement est-il touché par les OGM ?
  • Pourquoi parle-t-on de contamination ?
  • Les OGM peuvent-ils cohabiter avec d’autres plantes, conventionnelles ou biologiques ?
  • Et la santé ? Et les allergies ?
  • Si je veux suivre l’actualité sur les OGM, comment faire ?
  • Que proposez-vous comme livres pour expliquer les OGM ?



pucePlan du site puceContact puce



2010-2017 © Veille au grain : pour une région Bourgogne—Franche-Comté sans OGM ni pesticides ! - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.39